Logo

La traversée de l’Atlantique à bord d’un Dufour 425

Le début d’une grande aventure … 

Elisa et Guillaume se rencontrent il y a 4 ans. Alors que Guillaume et son père naviguent depuis des années à bord de leur voilier Dufour, le long des côtes du Royaume Uni et de la France, de Calais à La rochelle ; Elisa découvre les plaisirs de la voile et la vie à bord d’un bateau lorsqu’elle rencontre Guillaume. Ce fut un véritable coup de foudre !

Début septembre, ces jeunes marins ont largué les amarres de leur Dufour 425 des pontons du port de Quiberon pour mettre cap vers l’Atlantique via l’Espagne, le Portugal, Madère, les Canaries, le Cap Vert, les Caraïbes, les Bahamas, les Bermudes et les Açores. Un an de voyage au programme ! 

dufour-yacht-testimonial-sailing-le-gg-4
dufour-yacht-testimonial-sailing-le-gg-3
dufour-yacht-testimonial-sailing-le-gg-5

Cette idée de traverser l’Atlantique est savamment réfléchie depuis de nombreuses années pour Guillaume qui a commencé par naviguer sur le Dufour 365 de son père.

Mon père a acheté un Dufour 365 en 2007 afin de faire des croisières 2 à 3 semaines par an et profiter des week-ends ensemble. Après quelques années, nous avons eu envie de partir plus loin et plus longtemps avec un bateau plus grand et plus performant. Nous avons visité plusieurs modèles Dufour ; le 385, le 40 performance et 425. Le Dufour 425 nous a tout de suite conquis avec ses grands espaces intérieurs, et son spacieux pont extérieur. Ensuite, nous avons visité plusieurs Dufour 425, sans ressentir immédiatement un coup de cœur …  Jusqu’à ce que l’on entende parler d’un modèle en Méditerranée et presque prêt à naviguer ! Nous l’avons acheté le « GG » d’occasion en 2011 à La Rochelle.

Durant les 10 dernières années, Guillaume a connu trois ports d’attaches différents ; ce qui lui a permis de de naviguer dans de nombreux coins d’Angleterre, de Normandie jusqu’à la Bretagne du Sud et de mouiller dans des coins paradisiaques.

Nous avons beaucoup apprécié naviguer en Normandie (Dives sur mer) et la remontée de la Côte d’Opale. Nous sommes ensuite descendus en Bretagne Nord (St Quay Portrieux) où nous avons apprécié les îles Anglo-Normandes et l’Angleterre. Cela fait maintenant 3 ans que nous avons atterri à Quiberon en Bretagne Sud où nous avons la chance d’avoir de magnifiques îles à proximité (Houat, Belle-Ile et Hoëdic) ainsi que le Golfe du Morbihan bien sûr qui est un endroit exceptionnel pour naviguer.

dufour-yacht-testimonial-sailing-le-gg-6

 

Lorsqu’ils parlent de leur voilier, le « GG », Elisa et Guillaume soulignent combien ce bateau de plaisance est agile et facile à manœuvrer sous voile.

Simplement intuitif, c’est le meilleur adjectif pour moi. Il passe très bien dans la mer grâce à son grand tirant d’eau et sa largeur. C’est une coque puissante mais sûre. Il est rare de se mouiller dans le cockpit et les déplacements sur le pont sont faciles grâce à ses larges passages avant et son pont assez plat.

Actuellement, ils sont à Porto, vont y passer un peu de temps, avant de faire le grand saut et de traverser l’Atlantique.

Ils nous ont gentiment écrit quelques lignes à propos de leur première traversée du Golfe de Gascogne : vent, mer, coucher de soleil … et conditions musclées au programme !

Nous sommes partis le 5 septembre de l’île d’Yeu pour la traversée du Golfe de Gascogne qui a débuté … calmement ! Ce fut un début brumeux et chaud sans un vent.  On a cependant fait une belle navigation avec une multitude de dauphins. C’était magnifique de les entendre à travers la coque la nuit allongé tranquillement dans la cabine. Évidemment nous avons eu le droit à de jolis surfs avec les vagues du golf qui nous ont porté jusqu’en Galice. Le bateau est toujours resté stable filant entre 6 et 8 nœuds avec 1 ris dans la GV et un peu de génois roulé. On est actuellement à Cascais, on attend avec une 20aine de bateaux au mouillage une bonne fenêtre météo pour traverser jusqu’à Madère … théoriquement et croisons les doigts, une petite fenêtre se dessine semaine prochaine. 

dufour-yacht-testimonial-sailing-le-gg-2

 

Des nouvelles de leur aventure … 

On a passé une dizaine de jours à Madère. On est tombés sous le charme de l’île, un vrai paradis ! Nous sommes partis de Cascais pour les 500 milles de mer à 2. On a eu de bonnes conditions et le bateau s’est très bien comporté durant ces 4 jours. Nous avons fait uniquement du vent arrière entre 13 et 25 noeuds donc avec les voiles en ciseaux dont le génois tangonné. On a quitté la Palma rapidement pour retrouver la vie au mouillage à La Gomera. On a eu des conditions musclées entre les 2 îles (25-30 noeuds établie au près) avec 3 a 4m de vague. C est l’inconvénient de faire les îles d’ouest en est. Mais avec la bonne voilure le bateau était très stable et sécurisant avec une vitesse de 6 à 8 noeuds en moyenne. C’était super de sentir le bateau se comporter comme ça dans ce genre de conditions. On partira vers Ténérife et Gran Canaria dans les prochains jours afin de se préparer pour la transat. Départ pour le cap vert estimé début décembre. 

 

 

Père – Fils : récit de leur traversée de l’Atlantique à bord de leur Dufour 425 … 

23 novembre : Lever du soleil, ça y’est on laisse dernière nous Las Palmas où nous aurons passé une bonne semaine en attendant une fenêtre météo correcte pour rejoindre le Cap Vert. 
C’est une transat en 2 parties qui nous attend mon père et moi. Car oui, ce n’est pas en couple mais entre père et fils que nous transiterons, vieux rêve pour chacun de nous qui va enfin se réaliser. Devant nous, 850 mn pour rejoindre Mindelo. Au menu ? 3 jours avec des conditions clémentes (10-15nds) et 3 jours plus sport (25nds) de prévus. Ces 3 premiers jours sont agréables, on lit, on pêche, on profite quoi ! Et le bateau file tranquillement et confortablement. 4ème nuit, le temps change, le vent monte 20, 25, 30, 35nds… C’était « prévu » , on s’y attendait. La houle grossit aussi 2, 3, 4m … et finalement c’est sous ces conditions que nous aurons passé les 3 jours suivants. Pour le confort ? Nous repasserons ! Bien réglé, le bateau avance vite et passe la mer de manière remarquable.  Malgré les conditions, nous nous sentons entièrement en sécurité sur notre bateau et surtout à l’intérieur car c’est bien là que nous avons passé le plus de temps durant ces quelques jours. Nous aurons mis un peu plus de 6 jours pour rejoindre le cap vert. Aucune casse humaine ni matériel et une confiance toujours plus solide envers le bateau après plusieurs jours dans des conditions pareilles. La visite du cap vert s’est faite sur une bonne semaine, au final nous avons pu découvrir 3 îles : Sal, Santo Antao et Sao Vicente. Une superbe découverte de cet archipel. 

7 décembre : Départ pour cette fameuse traversée ! Devant nous ? 2100mn de bleu, du vent, des vagues … Au menu cette fois ? 2 jours sportifs (20-25nds) et ensuite les alizés plus doux à perte de vue. Splendide ! Une fois de plus la météo a été optimiste et change bien vite … Les alizés sont bien là au Nord / Nord Est mais ils sont costauds ! Le vent ne sera pas descendu en dessous de 25 nœuds cette première semaine.  Quelques rafales à 40 …. L’avantage de ces conditions c’est que le bateau avance vite. Il surffe en toute confiance dans les creux et le speed s’affole parfois sur une vague un peu plus grosse que les autres, 12, 13, 14nds … Une fois de plus, le confort est tout relatif mais le bateau reste remarquablement stable. Nous touchons très peu aux voiles durant cette première semaine. Bien équilibré et sécurisé, le GG glisse à n’en plus finir ! Cap au 270, direction la Martinique.  La deuxième semaine, le temps est un peu différent, le vent s’est stabilisé à 22-26 nœuds mais les grains sont nombreux et jouent avec nos nerfs durant toute la semaine. Il est rare de descendre en dessous de 6 nœuds.  La mer est toujours bien formée, elle ne se calmera pas vraiment jusqu’à l’arrivée au 14ème jour. C’est donc de nuit que nous posons l’ancre au mouillage de saint Anne. 

Bilan de cette transat :  3000mn depuis Las Palmas, 6,7 nœuds de moyenne et des conditions bien plus (trop) sportives que ce que nous imaginions. Tout va bien à bord et pour le bateau. Nous nous imaginions évidemment une transat plus « tranquille », mais ce sera pour la prochaine ! En tout cas ce fut un moment fort, partagé entre Père et Fils, et surtout un rêve qui se réalise enfin pour nous.

 

Direction maintenant la découverte des Antilles. 

A bientôt pour la suite de leur voyage 😉 

Suivez-les et participez à leur aventure sur Instagram : @sailingleGG

sailing-le-gg-traversee-1
sailing-le-gg-traversee-3
sailing-le-gg-traversee-7
sailing-le-gg-traversee-5
sailing-le-gg-traversee-6